Planetor et la mobiligne

Pollutor avait mal commencé sa journée. Coincé dans les embouteillages dès potron-minet, il avait appelé la mobiligne qui lui annonçait un retard probable de 20 minutes. Il avait alors dû avertir la directrice de l’école de ses enfants ainsi que son employeur de ce petit contre-temps. A midi, rebelote, la mobiligne lui annonçait un trajet de 25 minutes -un accident- pour aller acheter un sandwich dans un snack pourtant situé à deux pâtés de maison. Le soir allait s’annoncer pire encore puisque, heure de pointe oblige, la mobiligne lui annonçait un retard probable de 45 minutes. Pollutor devait donc avertir Mme de Prouprout (ben oui, c’est son épouse), qui ne le crut pas et, fâchée, lui refusa évidemment ses avances. Pendant ce temps, Planetor, qui s’était déplacé à vélo et n’avait pas appelé la mobiligne, dormait déjà, son devoir conjugal accompli.

Vous voulez soutenir Planetor dans sa lutte impitoyable contre Pollutor ? Abonnez-vous gratuitement à sa newsletter (via mail à planetor@gmail.com).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :